Index de l'article

 Différentes  étapes de la réalisation de la charpente

 La charpente vue de l'extérieur

DdD AW132

Vues d'ensemble de la coque en bois tors, celle-ci est composée de 62 couples, liaisonnée par les différents rangs de préceintes et des lisses d’accastillage. A l’intérieur les bauquières des ponts, gaillards et dunette sont en place, les baux et barrots ajustés et mis en place provisoirement. Ceci est pour moi l’étape la plus importante dans la réalisation du modèle mais également la plus délicate, à partir de ce stade, même si la route est encore longue, il suffit de persévérer en passant un à un les obstacles de la construction. Le premier pont est percé de 13 sabords pour du canon de 12 £, le second de 13 sabords pour du 8 £. Les proportions des sabords sont extraites du règlement de 1762 qui définit précisément les trois dimensions d’un sabord qui sont le seuillet, la largeur et la hauteur du sabord. La coque côté tribord est déjà bordée entre les différents rangs de préceintes et lisses d'accastillage. Dix des treize sabords sont couverts par le bordage. Cinq rangs de clefs sont disposés depuis les fausses varangues jusqu’au fort.

DdD AW135

DdD AW210

Vue générale de la charpente en bois tors, celle-ci installée sur un socle s'est transformée en modèle didactique présentable.

DdD AW214

La charpente de la proue est à avant fermée. Elle comporte 9 allonges d’écubiers qui se terminent à hauteur du gaillard. Les six premiers couples de l’avant sont dévoyés, leur angle s’ouvre progressivement au fur et à mesure que l’on s’éloigne des formes pincées de l’avant.

DdD AW218

Cette photo montre la transition entre les derniers couples de l’arrière, le massif comportant la cornière et les dernières allonges simples formant la porte d’accès de la bouteille.
L’angle de vue permet également d’apprécier l’estain dévoyé se redressant au niveau de la lisse d’hourdi pour continuer dans un plan perpendiculaire à la quille avec l’allonge de cornière.

Les liaisons intérieures

DdD AW227

Vue plongeante montrant l’avancement des travaux dans la cale.
Côté tribord, le vaigrage est complètement terminé jusqu’en dessous de la bauquière du premier pont.
Bâbord, le vaigrage est réalisé en fonction des ouvertures qui seront pratiquées ultérieurement.
A ce stade, le vaigrage de la cale est réalisé, les porques ajustées et mis en place, l’aiguillette de porque doit rester amovible pour permettre le vaigrage de la muraille au niveau du premier pont.
Le vaigrage peut être divisé en deux parties.
On commence par les vaigres de fond, délimitées par la carlingue et la pareclose d’un côté et par trois cours de vaigres d’empatture, couvrant et fortifiant le bout des varangues.
En partant de la bauquière, on retrouve plusieurs vaigres de bauquières, suivi des vaigres de diminution, diminuant progressivement en épaisseur pour rattraper celle des vaigres de fond.
Pour aérer la charpente, ce vaigrage est réalisé à claire voix entre les deux grandes cloisons de la cale en raison de deux vaigres, suivi d’un vide correspondant à la largeur de ceux-ci.
Vient ensuite la charpente intérieure. On peut voir les porques dont l’aiguillette se termine à hauteur du 1er pont. La carlingue du mât de misaine et tout en avant, les guirlandes liaisonnant les allonges d’écubiers avec les premiers couples de l’avant.

DdD AW228

Le vaigrage côté bâbord s’arrête à une virure au dessus de la ceinture des serres d’empatture qui couvre et fortifie le bout des varangues, on peut observer le léger ressaut au niveau de la porque matérialisant le passage de ces trois files de serre d’empatture.

DdD AW223

Les courbes d’écusson servent à liaisonner l’arcasse au reste du vaisseau, elles embrassent toutes les barres d’écusson et les derniers couples de l’arrière.

DdD AW226

Le vaigrage côté bâbord s’arrête  une virure au dessus de la ceinture des serres d’empatture qui couvre et fortifie le bout des varangues, on peut observer le léger ressaut au niveau de la porque matérialisant le passage de ces trois files de serre d’empatture.

La charpente des ponts

DdD AW232

Les baux du premier pont sont mis provisoirement en place pour préparer le tracé des différentes entailles servant à recevoir gouttières, hiloires, entremises des étambrais et d’écoutilles pour terminer avec les cinq files d’arc-boutants.

DdD AW229

Charpente intérieure de la muraille ; à ce stade, seules les différentes bauquières matérialisant les ponts sont mise en place définitivement.

DdD AW242

Vue d’ensemble de la structure principale du 2ème pont provisoirement assemblée à l’extérieur du modèle. Les différents éléments de la bauquière mesurant chacun de 20 à 50 pieds de longueur sont solidarisés par des écarts plats pour former une file allant de l’étrave à l’avant à la jambe de chien à la poupe.

L’exécution des entailles sur la bauquière est terminée, elles peuvent maintenant recevoir fermement l’extrémité des 32 baux de ce pont.

Par la suite la bauquière ainsi terminée sera définitivement mise en place sur le modèle en gardant les baux provisoirement amovibles.
On pourra ainsi tracer l’emplacement du reste de la charpente en commençant par les gouttières, serre-gouttières, hiloires, les files d’arc-boutants et en terminant par les entremises des étambrais et d’écoutilles.

Le travail des entailles à épaulettes, à queue d’aronde, à coulisses et des mortaises se faisant  également à l’extérieur du modèle.

DdD AW247

Photo de détail montrant les entailles à queue d’hironde du deuxième pont.

La réalisation de ceux-ci se fait en plusieurs étapes. En premier, on commence par la mise en place provisoire des bauquières à l’intérieur de la coque. Par la suite le tracé de l’emplacement des baux sur la bauquière se fait en se repérant par rapport à l’axe des couples, bien visible de l’intérieur de la coque. Ensuite le travail des entailles des bauquières peut se faire à l’extérieur du modèle. Cette méthode permet une exécution aisée, propre et uniforme des entailles.

La charpente du premier pont

DdD AW267

Les deux photos suivantes montrent la charpente du premier pont. Quatre files d’entremises sont visibles, la cinquième se trouvant dans l’axe du vaisseau et est recouverte par le bordage entre les hiloires du milieu.
Au niveau de l’écoutille de la cale à eau, on peut voir les abouts des bordages entre les hiloires.

DdD AW269

On peut apercevoir les quatre files d’hiloires qui courent de l’avant à l’arrière sur ce pont.
Les lattes entre les baux vont d’un bord à l’autre et sont arrêtées en sifflet sur la file intérieure des serres gouttière.

La charpente du second pont

DdD AW273)

Charpente du deuxième pont partiellement en place : On voit bien le pont qui plonge en partie avant pour rejoindre les écubiers.
Les hiloires sont maintenues en place par des entailles à margouillet.

DdD AW277

Détail de la structure principale du 2ème pont.
Bien visibles les entremises ou arc-boutants, leurs rôle consiste principalement à maintenir les baux ou barrots en place, en plus ils procurent un soutient aux les lattes ou barrotins. Au niveau des entremises d’écoutilles, les lattes sont enchâssées à queue d’aronde. Côté tribord, l’hiloire est mise en place provisoirement.

La charpente des gaillards

DdD AW287

Au niveau du gaillard avant on observe 4 files de gouttières simples. La fourrure de gouttière est la pièce de transition entre le pont et la muraille, elle est maintenue en place par la gouttière. Les bossoirs sur le Duc de Duras sont posés et chevillés au niveau du pont, on peut voir l’entaille dans la fourrure de gouttière au niveau de la courbe du bossoir.

DdD AW289

DdD AW285

La charpente du gaillard arrière présente la même structure que celle des ponts.
La première photo montre les quatre files d’entailles à épaulettes, destinées chacune à recevoir leurs hiloires respectives. Les courbes des baux sont en bois, des entailles à queue d’aronde sont pratiquées pour recevoir la file de gouttière simple.

DdD AW285

Sur la deuxième photo, tous les éléments de la charpente des ponts sont définitivement mis en place.

Charpente de l'éperon

DdD AW251

La réalisation de la guibre se prépare en même temps que l'étrave, brion et quille, il est avantageux de pouvoir réaliser l'ajustage de l'arrière de la guibre avec avec la face avant de l'étrave sur un plan de travail à plat. 
C'est également le bon moment de travailler bien perpendiculairement à l'axe longitudinal , les mortaises pour les liures de beaupré et percés les trous pour la barbe-jean.
L'avant de la  guibre sera ensuite amincie pour que le taille-mer n'aura plus que les deux tiers de son épaisseur.

DdD AW253

DdD AW254

La guibre est renforcée latéralement par deux jottereaux, entre eux un remplissage et en dessous du jottereau inférieur le mouchoir servant à amortir les coups des vagues. En dessous de la porte de poulaine une pièce rapporté sur le bordage servira de soutien aux caillebotis de poulaine.

DdD AW256

Deux vues montrant la charpente de l'éperon recevant les herpes et les jambettes, base de la plateforme de poulaine.

DdD AW255

DdD AW258

Vue plongeante sur la plateforme de poulaine, montrant les barrots de poulaine en place et le début de la réalisation des entailles prévus pour recevoir les barrots des caillebotis.

Charpente des bouteilles

DdD AW292

Les deux photos montrent la préparation de la muraille en partie arrière pour pouvoir recevoir la charpente des bouteilles.

DdD AW293

DdD AW294

Outre les plans de la monographie donnant le volume du tableau et des bouteilles en  détaillant les contours extérieurs de cette charpente, l'étude de la poupe du 74 canon de Jean Boudriot ainsi que  du traité de construction de Vial du Clairbois aident grandement à la compréhension de cette charpente relativement fragile, Cette étape a permis l'extraction des différents gabarits des soles, des plate bandes d'appui latéral des fenêtres et des termes formant la partie basse et latérale du cintre ainsi que de la charpente du balcon qui n'est pas détaillé sur cette vue.

DdD AW295

L'ossature des bouteilles peut s'observer sur les modèles tel que le Vengeur, ou encore du Vaisseau à carrosse où l'on peut apercevoir quelques détails  concernant les différents  assemblages   fixant les montants verticaux des bouteilles entre les soles et la plate bande d'appui latéral des fenêtres.

"Amarsenal" applique les principes de la loi vie privée du 8 décembre 1992.
En poursuivant votre navigations sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique.