Etienne PIETTE     

                              1/24

 

Lougre de guerre  Le Coureur  1776

 

                  

Introduction

                            

 

 

  Dimensions principales. Longueur de l'étrave à l'étambot : 66 Pi
Largeur au maître : 20 Pi 6 Po
Creux au milieu : 10 Pi 5 Po
Déplacement : 120 Tx.
 

 

En haut, le dessin extrait du plan de capture Anglais montrant les aménagements français du lougre Le Coureur et le modèle  vu tribord,  l'œuvre morte bordée, les œuvres vives traitées en charpente avec la possibilité d'entrevoir les emménagements intérieurs.

 

 

Aperçu historique:

Les lougres de guerre font partie, ainsi que les cotres, des bâtiments légers, ou avisos, de la marine de la fin de l’ancien régime. Ces deux types de navire seront ultérieurement évincés par les goélettes et surtout par les bricks. Leurs missions sont la reconnaissance, l’escorte et la transmission de dépêches et d’ordres.

Le premier lougre de la marine royale entra en service en 1773, dix autres navires de ce type furent construits jusqu’en 1782. Ils furent tous conçus  par le constructeur dunkerquois Daniel Denÿs,  dont voici la liste.

- 1773: construction à Dunkerque d'un lougre  de 60 pieds, L’Espiègle armé de 8 canons de 4 £.

- 1776: constructions à Dunkerque d'un lougres  de 72 Pi, Le Chasseur armé de 10 canons de 4 £
            construction du lougre Le Coureur armé de 6 canons de 2 £ et 2 de 3 £, d'une longueur  de 66 Pi.

- 1782: constructions des lougres Le Pivert, Le Vanneau, Le Tiercelet et Le Gerfaut armé de 4 canons de 3 £ d'une longueur de 67 pieds.
            constructions des lougres Le Courrier, Le Sylphe, Le Ballon de 4 canons de 3 £ (67pieds)  réalisé à Boulogne.
            constructions du lougre Le Cerf-Volant  de 4 canons de 3 £ de 67 pieds de longueur réalisés à Calais.


Le Coureur sera capturé par le cotre HMS Alert de 12 canons de 6, le 17 juin 1778, lors du premier combat anglo-français de la guerre d’indépendance américaine. Durant cette action, M. de Rosily a choisi de sacrifier son navire en tenant à l’écart le cotre britannique et en permettant à la frégate la Belle-Poule de lutter à armes égales avec la frégate HMS Aréthuse, lui faisant rompre le combat.                     

Cette capture est à l’origine du relevé anglais conservé au National Maritim Museum. Un ensemble complet de plans, comportant six vues différentes, montrant l'élévation, le vertical intégrant le tableau arrière et son décor, la coupe au maître montrant la section de la membrure, une vue horizontale donnant les lignes d'eau et le contour du pont, et pour terminer deux autres vues en plan donnant le détail du pont et des différents planchers et niveaux de la cale.  Ceci nous renseigne parfaitement sur les aménagements intérieurs français et notamment sur les chambres et le carré destinés à l'état-major. Egalement visibles sur les plans de capture  dessinés en pointillé, les travaux de transformation  pour son incorporation dans la marine Anglaise.

Le modèle est construit a l’échelle du 24ème suivant la monographie de Jean Boudriot & Hubert Berti. Le relevé effectué peu après sa capture par les Anglais donne les plans d'élévation, une vue de la cale et du pont, et pour terminer une coupe au niveau du maître couple, ceux-ci ont permis de réaliser le modèle en charpente avec les emménagements intérieurs suivant le relevé effectué avant transformation pour être incorporé dans la marine Anglaise.

          * : Voir édition Ancre, la monographie du Cerf  de Jean Boudriot.

 

 

 

Autre dessin extrait du plan de capture Anglais montrant le pont ainsi que les cloisons intérieures suivant les dispositions françaises.

 

 

 

Vue d'ensemble du modèle montrant le pont bordé partiellement  dans le but  de montrer la charpente ainsi que les aménagements intérieurs.

 

 

               



© Amarsenal.be 2003-2012