Helmut DEJARDIN       

1/48

 

Cotre de guerre  Le Cerf  1779

 

Contexte  historique:

Les cotres font partie des bâtiments légers de la marine de la fin de l’ancien régime.  Leurs missions sont la reconnaissance, l’escorte et la transmission de dépêches et d’ordres.

Ce type de navire sera par la suite  évincé  par les bricks et les goélettes, certain auront d'ailleurs été grées lors de leur courte carrière en brick ou en goélette

Voici les noms de neuf  cotres de 81 Pi de longueur, déplaçant 300 Tx et armés de 18 canons de 6 £ qui ont pour la plupart  été mis à l'eau à Dunkerque  sur le plan du constructeur Denys pour servir dans la marine royale lors de la Guerre d'Indépendance d'Amérique.

Une série de 5 cotres Sera construite , Le Serpent, La Levrette, Le Cerf, Le Chevreuil et Le Hussard en 1779.
Suivis du Lézard * et du Malin  en 1780 pour terminer en 1781 par 4 autres unités,  L’Espion  Le Fanfaron. *

                *Archive de Cherbourg: Plan du Fanfaron et du Lézard réf. 2G2 n° 348

Le modèle:

La réalisation du modèle est basée sur la monographie ANCRE comportant un jeu de plans à l'échelle du 48ème. Les onze planches définissent précisément la construction de la coque, de l'accastillage, de la mâture, du gréement et de la voilure.
Le point fort du Cotre appelé également  "Cutter" est sans conteste sa mâture composée d'un mât unique ayant des proportions supérieures au traditionnel navire, gréé à trois mâts.
Le modèle est réalisé principalement en bois de poirier,  les ouvrages métalliques sont soit réalisés en laiton ou en cuivre.
Pour les couleurs, on retrouve principalement le noir pour l'œuvre morte, l'ocre rouge pour l'intérieur de la muraille et  l'accastillage. Une légère patine donne à l'ensemble du modèle harmonie et âme, il ne manque plus que l'équipage pour parfaire l'impression de réalisme. Les différents modèles construits par Helmut Dejardin témoignent de la grande connaissance qu'il avait acquise en matière de gréement. Au travers de ceux-ci, il continue à nous instruire sur ce sujet complexe.

 

Un petit soupçon de décor, le tableau arrière.

 

               

 

© Amarsenal.be 2003-2007