Michel Magerotte     

1/48

La Belle Poule  frégate de 12 £

 

 

Aperçu historique 

 

Ce type de frégate est directement issu de la frégate de 8£, l’adoption du calibre de 12 a entraîné une augmentation des proportions pour pouvoir porter une artillerie plus puissante. La longueur moyenne passe de 124 à 134 pieds,

La première frégate de ce type fût L’Hermione construite par Pierre Morineau en 1748 à l’arsenal de Rochefort. 

Dans son Répertoire de construction daté de 1752, P. Morineau décrit les différents types de frégates. Sous les rubriques, frégates de 30 canons dans une seule batterie et frégates de 26 canons de 12 £ dans une seule batterie avec ou sans sabords de nage (*1), il explique notamment les différentes longueurs et distances pour le percement des sabords de la batterie, certaines dispositions particulières comme les logements du capitaine ou de l’emplacement des cuisines, les proportions à adopter pour les dimensions principales de la frégate, et l’échantillonnage des principales pièces de charpente.

Ce sera le départ de cette classe de frégates, elle s’illustrera lors de la guerre d’Amérique.
Les derniers exemplaires seront construits en 1798 et serviront dans les guerres napoléoniennes.
 

Les plans de La Belle Poule sont réalisés par Léon Guignace, alors jeune constructeur . Elle fait partie des 13 frégates construites immédiatement après la guerre de sept ans. Elle sera armée en 1772 pour une campagne en Ile de France. Le 17 juin1778 elle livrera le premier combat de la guerre d’Amérique contre la frégate anglaise HMS Aréthuse.

En juillet 1780, la frégate sera capturée par le vaisseau de ligne HMS Nonsuch pour être ensuite incorporée dans la marine Anglaise.  

(*1) Répertoire de construction pg. 106 à 112 et pg 117 à 126 du manuscrit. 

 

Le Modèle.

Le modèle est exécuté d’après la monographie de Jean Boudriot à l’échelle 1/48ème. Il est construit de façon traditionnelle sur base des couples de levée en contreplaqué, la charpente est réalisée à partir du faux-pont. Les matériaux utilisés sont principalement du bois de poirier pour la charpente de la structure supérieure, le bordage et le vaigrage, l’accastillage et la mâture. Les sculptures sont réalisées en houx. Le cuivre et le laiton noirci sont utilisés pour les différentes ferrures et pièces métalliques. Tous les cordages sont réalises à partir de fil de base de 10 ou 20 centième de diamètre. Le bois est traité avec un vernis incolore, ceci accentue la sensation de chaleur que cette essence de bois dégage.

 


Etat de service de
Léon Guignace.
(1731-1805)

- 1751 : est admis comme élève-constructeur et est envoyé à l’école de marine à Paris.
- 1754 : Affecté au département de Brest comme sous-constructeur.
- 1760 : Affecté au département de Bordeaux comme sous-constructeur.
- 1762 : Exécute la construction du vaisseau Le Bordelais de 56 canons.
- 1762 : Exécute la construction du vaisseau Le Ferme de 56 canons.
- 1763 : Exécute la construction du vaisseau Le Flamands de 56 canons.
- 1763 : Exécute la construction du vaisseau L’Utile de 56 canons.
- 1763 : Promu au grade de constructeur.
- 1765 : Devient ingénieur constructeur ordinaire
- 1765 : Dresse le plan d’une frégate de 12£ en batterie, sur lequel sera construit quatre bâtiments.
- 1765 : Construction de La Belle Poule.
- 1766 : Exécute la construction de 2 gabares, La Tamponne et Le Gros Ventre à Bayonne.
- 1766 : Construction de La Dédaigneuse.
- 1766 : Construction de La Tourterelle.
- 1767 : Construction de L’Amphitrite. (*2)
- 1771 : Construction à Bordeaux de quatre Cotres de 45 Pi de longueur, armés de six canons de 3 £
- 1776 : Commissionné ingénieur constructeur en chef à l’arsenal de Lorient.
- 1777 : Rejoint l’arsenal de Brest pour exercer les fonctions d’ingénieur constructeur en chef.
- 1777 : Dresse le plan de L’Auguste de 80 can.
- 1777 : Dresse le plan d’une autre frégate de 12£ en batterie, sur lequel sera construit neuf bâtiments.
- 1777 : Construction de L’Iphigénie à Lorient.
- 1777 : Construction de La Pallas à St-Malo.
- 1778 : Construction de L’Amazone, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo .
- 1778 : Construction de La Bellone, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo .
- 1778 : Construction de La Gentille, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo .
- 1778 : Construction de La Gloire, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo.
- 1778 : Construction de La Médée, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo .
- 1778 : Construction de La Résolue, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo.
- 1778 : Construction de La Prudente, exécuté par J-D Chevillard à St-Malo.
- 1778 : Construction de La Surveillante à Lorient.
- 1778 : anobli.
- 1779 : Dresse le plan du Royal-Louis de 110 can.
- 1786 : Est nommé Ingénieur sous Directeur des constructions à l’arsenal de Brest.
- 1789 : Est nommé Ingénieur Directeur des constructions à l’arsenal de Brest.
- 1792 : Quitte le service à l’age de 61 ans.
 
(*2) Initialement baptisé L’Impérieuse.

 

 

               

 

© Amarsenal.be 2003-2007